5 fausses croyances et des vérités à rétablir au sujet de l’orgasme

Publié le : 05 juin 202311 mins de lecture

Il existe certains mythes concernant l’orgasme qui se sont répandus au fil du temps, sont parvenus jusqu’à nos jours et se sont ancrés dans notre société en raison de la désinformation et du manque d’éducation sexuelle adéquate. Ces fausses croyances peuvent même être à l’origine de nombreux dysfonctionnements sexuels.

On parle de l’orgasme comme de quelque chose de précieux et d’important, on le considère comme le but ultime auquel on doit arriver dans toutes les relations sexuelles, sinon les soucis, les insatisfactions et les frustrations commencent.

5 fausses croyances et des vérités à rétablir au sujet de l'orgasmeCependant, il est essentiel de savoir ce qui est vraiment important dans une relation sexuelle afin d’en profiter davantage et d’éprouver une réelle satisfaction.

On a souvent tendance à identifier le rapport sexuel à la pénétration et aux organes génitaux, comme si c’était le seul acte capable de donner du plaisir et de la satisfaction, comme si l’orgasme était vraiment un but auquel il faut absolument arriver.

Une relation sexuelle satisfaisante contient beaucoup plus d’ingrédients, comme les caresses, la complicité, l’intimité et la communication ; l’orgasme est un voyage à parcourir à travers le plaisir, et non une destination à poursuivre.

Les 5 mythes les plus courants sur l’orgasme

Il y a deux types d’orgasmes : le vaginal et le clitoridien

On dit souvent que les femmes peuvent connaître l’orgasme sous deux formes différentes : il y a le vaginal (par pénétration) et le clitoridien (par stimulation directe du clitoris). En réalité, d’un point de vue anatomique, il n’existe chez la femme que l’orgasme clitoridien et, pour éviter la confusion, on devrait l’appeler simplement « orgasme féminin« .

Tous les orgasmes sont une extension de la sensation que vous ressentez au niveau du clitoris : en effet, la plupart des terminaisons nerveuses dédiées au plaisir sont situées dans le clitoris (on y trouve plus de 8000 terminaisons nerveuses, ce qui en fait l’organe par excellence spécialisé dans l’obtention du plaisir).

Selon certaines études scientifiques, la plupart des femmes (jusqu’à 70 %) n’atteignent pas l’orgasme par la pénétration, car une stimulation du clitoris est nécessaire. En outre, selon l’anatomie propre à chaque vagin, l’orgasme peut se produire ou non par la pénétration.

La pénétration facilite l’orgasme

Comme vous venez de le lire, ce mythe est également absolument faux. En fait, c’est exactement le contraire qui est vrai : la pénétration n’est pas le meilleur moyen d’obtenir un orgasme féminin.

L’orgasme féminin s’obtient le mieux par la stimulation directe du clitoris. En outre, il est possible de pratiquer la stimulation mentale, ou de faire appel à des fantasmes sexuels ; dans ce cas, bien que la stimulation soit psychologique, l’orgasme serait toujours physique.

Quand on atteint l’orgasme, on perd connaissance, on crie…

Croire en ce mythe peut être très frustrant en raison des attentes élevées qui ont été créées autour du sujet de l’orgasme.

La sensation de plaisir dépend de la personne et n’est pas ressentie de la même manière à chaque fois. De plus, le plaisir n’est pas seulement obtenu par l’orgasme, mais aussi pendant toute la durée du rapport sexuel.

L’orgasme est le plus important dans une relation sexuelle

L’orgasme n’est pas le plus important dans une relation sexuelle : il est très frustrant et stressant de le considérer comme un objectif, car les rapports sexuels comprennent bien d’autres facteurs qui sont généralement ceux qui procurent du plaisir.

Les deux partenaires peuvent mieux se connaitre en découvrant les zones érogènes qui préfèrent qu’elles soient stimulées, par le biais d’un processus d’exploration et de connaissance mutuelles, sans subir une imposition selon laquelle il faut atteindre l’orgasme pour être satisfait.

L’idée que l’on doit absolument atteindre l’orgasme provoque l’effet inverse, c’est-à-dire qu’elle limite le plaisir pendant les rapports sexuels. Cela est dû à l’inquiétude qui est générée chez une personne à l’idée de devoir absolument atteindre l’orgasme, sinon on considère que la relation a échoué.

Les deux partenaires doivent jouir simultanément

Cette croyance découle d’un idéal imposé par la société et, surtout, par les médias. Durex, la célèbre marque de préservatifs, a créé une publicité dans laquelle elle valorise ce mythe.

Peu après, une autre publicité est sortie, beaucoup plus appropriée et réaliste, avec l’intention de faire une bonne éducation sexuelle et de proposer le lemme « Chaque rencontre érotique est la vôtre, unique et non reproductible ».

Il n’est pas important que l’orgasme soit simultané pour éprouver une grande satisfaction ; en plus d’être très compliqué à atteindre, si vous le recherchez anxieusement, la tentative peut aussi devenir très frustrante. C’est comme essayer d’éternuer à deux en même temps.

Ces mythes sont fondés sur les fausses croyances que les gens entretiennent au sujet de l’orgasme ; vous devez les dépasser pour entretenir des relations sexuelles plus agréables. Libérez-vous des soucis et des impositions qui limitent votre créativité et votre désir d’expérimenter quelque chose de nouveau ! Retrouvez votre plaisir personnel !

L’orgasme : quelques vérités à rétablir

Les types d’orgasme

En ce qui concerne l’orgasme féminin, une distinction est souvent faite entre différents types d’orgasme, se référant au type de stimulation qui conduit à l’apogée du plaisir. En réalité, l’orgasme féminin dérive proprement de la stimulation du clitoris , qui est le véritable organe dédié au plaisir dans le corps féminin. Cependant, le clitoris peut être stimulé de différentes manières, parmi lesquelles il y a aussi la stimulation indirecte qui se produit avec la pénétration.

En bref, la stimulation physique a un rôle très important dans l’atteinte de l’orgasme, mais n’oubliez pas que la composante mentale a également un grand poids.

Qu'est-ce que l'estime de soi a à voir avec l'orgasme ?Qu’est-ce que l’estime de soi a à voir avec l’orgasme ?

Il est important de partir du principe que l’orgasme n’est pas déconnecté du bien-être mental . Cela signifie que si vous ne vous sentez pas bien dans votre peau, il peut être moins facile d’accéder au plaisir le plus épanouissant.

S’aimer dépasse l’aspect physique et part de l’atteinte de différents types d’objectifs (travail, famille, passions).

Les femmes qui ont une sexualité heureuse sont généralement celles qui savent « lâcher prise » dans la vie, à la fois aux rêves et (surtout) aux imprévus et aux changements.

Se voir avec d’autres yeux est possible si l’on reste fidèle à sa personnalité et à ses envies, sans faire trop de compromis tant sur le plan social que d’un point de vue purement interne.

Atteindre l’orgasme avec la masturbation

On parle beaucoup du point G et des positions sexuelles préférées des femmes ou des positions les plus plaisantes pour les hommes mais on a tendance à cacher un élément fondamental dans l’obtention du plaisir. C’est-à-dire l’auto-érotisme .

Se masturber est une étape fondamentale pour bien se connaître et découvrir ce qui vous fait du bien, ainsi que vos propres zones érogènes (du nombril aux seins en passant par les doigts…) .

La masturbation n’est pas une « pratique » se référant exclusivement à l’adolescence , bien au contraire. L’auto-érotisme est un allié du bien-être et de l’orgasme à tous les âges de la vie, précisément parce qu’au fil des années les domaines du plaisir changent aussi et l’on peut découvrir des facettes de soi vraiment inattendues et sexuellement intéressantes.

Apprendre à bien se connaître peut aussi vous faire découvrir de nombreuses manières différentes de plaisir, comme un orgasme élargi par exemple.

L’orgasme et l’importance de la complicité

Pourquoi peut-il comprendre que certaines femmes jouissent avec un partenaire et pas avec un autre ? Cela n’arrive pas toujours par manque d’amour.

Ce qui manque souvent, c’est la complicité . C’est une qualité fondamentale pour avoir des relations satisfaisantes, qu’elles soient amicales, amoureuses ou purement sexuelles. La complicité est un facteur complexe : en partie c’est de l’instinct pur (une affaire de « tripes »), en partie c’est de l’engagement (l’écoute du partenaire).

Certes, pour avoir des relations sexuelles satisfaisantes, il faut être (ou devenir) complices. Et, malheureusement ou heureusement, tout part de la « tête » .

Les fantasmes sexuels aident à atteindre l’orgasme

Pour atteindre l’orgasme , seul comme en couple, le fantasme joue un rôle très important. Et ce sont justement les femmes qui ont le plus de fantasmes sexuels, ainsi que celles qui tentent de les exprimer (en les verbalisant) à leur partenaire.

Il y a ceux qui atteignent l’orgasme en pensant à l’hypothèse des plans à trois, ceux qui éprouvent plutôt du plaisir en se sentant dominés ou dominant (mentalement) leur partenaire. Dès lors, on peut dire que les « voyages mentaux » , qu’ils soient racontés ou non, sont étroitement liés à la réalisation du plaisir sexuel le plus intense .

Un obstacle, en ce sens, pourrait être constitué par l’héritage culturel et d’éventuels sentiments de culpabilité . De tels filtres mentaux devraient être abandonnés, du moins au lit. En fait, le thalamus devrait être un endroit « libre », gratuit.

Avoir un orgasme pendant ses règles

Les jours du cycle menstruel sont, pour de nombreuses femmes, sans rapport avec leur vie sexuelle. Les causes de ce « blocage » sont différentes et vont du conditionnement culturel à la gêne, jusqu’à la réticence du partenaire. Cependant, s’il y a complicité et que la femme se sent détendue, les relations sexuelles pendant ses règles ne sont en aucun cas interdites. En effet, faire l’amour pendant les règles pourrait réserver d’agréables surprises.

En fait, les rapports sexuels et la masturbation les jours menstruels peuvent conduire à un orgasme intense car le vagin est plus lubrifié. Et, en cas de douleurs menstruelles, les contractions utérines provoquées par l’orgasme réduiraient même les crampes liées au cycle.

Taille du pénis et vie sexuelle : toutes les questions que vous vous posez !
Le sexe avec les hommes…suivant leurs âges

Plan du site